Actualités
CAMPAGNE OLYMPIQUE RIO 2016

 

CAMPAGNE OLYMPIQUE RIO 2016


Je reviens pour vous informer sur mon parcours de 4 ans  de préparation qui n'a pas été couronné du succès escompté.


Les grandes lignes sont : Plaisir, Implacable réalité, Difficulté, Volonté


Plaisir :  J'ai eu la chance de parcourir le monde et régater sur les plus beaux plans d'eau, au plus haut niveau et de récolter de beaux résultats. Même si je ne suis pas allé à Rio, le parcours de sélection m'a apporté beaucoup de satisfactions, de rencontres, de collaborations, d'amitiés, de combativité, qui resteront pour toujours.


J'ai emmagasiné une expérience incroyable, un mental en carbone et des images plein les yeux.


Je remercie toutes les personnes impliquées qui m'ont permis d'accomplir ce parcours par leur soutien enthousiaste, financier et aussi bénévole.


Mon Project Manager Ezequiel Schargorodsky, a été à mes côtés ou même devant moi tout au long de ce parcours, nous nous sommes forgés ensemble une expérience énorme. Ce fut une collaboration de tous les jours qui a confirmé une confiance réciproque et une complicité fabuleuse.


Je remercie aussi tous mes supporters qui m'ont encouragés, suivit et accompagnés pendant ces 4 ans de préparation.


Je remercie mon Club, la Société Nautique de Genève, pour m'avoir soutenu et dont je suis fier de pouvoir porter les couleurs sur tous les plans d'eau du monde depuis 12 ans.


Je remercie mes amis qui m'ont suivit et encouragé. Et enfin je remercie énormément ma famille pour leur implication sans limite.



Implacable réalité :   La qualification de pays pour les JO de Londres, que j'avais gagnée, le plus jeune suisse à 20 ans et 1 jour...lors des Mondiaux ISAF de Perth 2011, avait curieusement été abandonnée en réallocation par notre Fédération qui ne m'a pas présenté à Swiss Olympic. Par conséquence, la suite de mon parcours vers les Jeux de Rio fut beaucoup plus compliqué. Le manque de visibilité a péjoré ma collaboration avec certains membres de l'élite mondiale et compliqué l'aspect financier.


Du côté de notre Cadre National, alors que les compteurs ont été remis à zéro pour ceux qui changent de série, sans vergogne on m'a comptabilisé mes années de junior comme années dans l'Elite, ce qui augmente les objectifs pour rester en équipe nationale.

Incompréhensible, quand on sait que je leur avais coûté des clopinettes !


Lors du Championnat du Monde 2015 au Canada, j'ai manqué ma qualification pour Rio de 2 places parmi 70 nations (il s'est avéré après que je subissais une grosse mononucléose).

Malgré tout, ce résultat me plaçais dans la tête de liste pour une éventuelle réallocation dans ma série.


Pour les JO de Rio, en Laser, aucun pays n'a lâché sa place (contrairement à la Suisse en 2012), dommage car j'étais le mieux placé des voileux helvétiques pour bénéficier d'une réallocation.



Difficulté :  Je me suis battu sur beaucoup de fronts pendant ces 4 ans pour décrocher à nouveau un ticket pour la Suisse (études, administrations, concurence, soutiens, reconnaissance, etc...) et j'ai investi quasiment tout mon temps pour cet objectif.


Le niveau du support que j'ai choisi, le Laser Standard, n'est sans aucun doute pas le plus facile. Il est méconnu de beaucoup, les résultats bruts sont peu représentatifs et malheureusement jamais traduits en % du classement ! Nos flottes en régate sont de loin les plus nombreuses et extrêmement compétitives car elles résultent de la plus grande diffusion mondiale.


Le Laser et le marathon, par la simplicité des supports, sont les seules disciplines qui réeunissent 46 nations aux JO. Dans cette série, j'ai souvent régaté contre 50 et jusqu'à 75 pays dont de grosses équipes nationales avec 5 à 6 coureurs dotés de supports techniques, logistiques et financiers impressionnants. Une école exceptionnelle.



Volonté :   J'ai foncé avec toute mon énergie et ma volonté sans jamais baisser les bras tout au long de cette campagne. Les échelons de l'élite mondiale sont impitoyable et il a fallu les gravir régulièrement pour terminer dans les 50 premiers et toujours meilleur représentant Suisse.


La volonté est le maillon indispensable pour réaliser un parcours de qualification.


Maintenant, pour moi il est urgent de ne rien décider. Je dois prendre encore du temps pour réfléchir au sens que je veux donner à la suite de ma carrière vélique et pouvoir saisir les opportunités qui s'offrent à moi.


Merci pour votre lecture.

Salutations sportives, A BIENTOT !


Guillaume Girod



 

 

 
 
 

Copyright © 2018, Developed by Karism